L O A D I N G

Le nouveau numéro de l'église dans le quartier est sorti

 

PIERRE et PAUL :

les deux colonnes de l’église

 

 

Saint Pierre et Saint Paul, deux trajectoires, deux vocations, entre différences et similitudes.

Le premier, Pierre est un apôtre de la première heure. Pêcheur au bord du lac de Tibériade, il s’appelle Simon et a suivi Jésus dès le début de son ministère.

Il a tout quitté sur une parole : ” Viens et suis-moiJe ferai de toi un pêcheur d’homme “ et, même s’il a trahi le Maître pendant sa Passion, il a eu le courage de se repentir : “Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime”.

Il reçoit la charge de faire paître le troupeau de l’Église : “Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église”.

Il devient Pierre, le premier pape.

 

Le second s’appelle Saul et est un persécuteur notoire de l’Église naissante. Il est converti sur le chemin de Damas par une question du Seigneur : ” Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? “. Il devient Paul, l’apôtre des nations, et dira : ” Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi”.

 

Saint Pierre et Saint Paul, deux hommes qui ont répondu pleinement à leur vocation malgré leurs limites, leurs péchés, leurs infidélités.

Deux hommes dont l’identité a été révélée à travers un changement de nom :

Simon le pêcheur devient Pierre le premier Pape.

Saul le persécuteur devient Paul, l’apôtre des nations.

Saint Pierre et Saint Paul, deux témoins de l’Amour de Dieu pour l’humanité, qui iront jusqu’au martyre à Rome, l’un crucifié la tête en bas, l’autre décapité.

Deux témoins de la foi qui nous encouragent à répondre à notre appel personnel.

 

                                                           D’après le site “vocation franciscaine”

 

Jarre débordante de fleurs diverses , autant de dons donnés

Si tu savais le don de Dieu  

 

“Chères paroissiennes et chers paroissiens,
 

« Si tu savais le don de Dieu » (Jn 4,10)». J’ai choisi cette parole de l’évangile de la Samaritaine, symbolisée par cette jarre, parce que c’est celle avec laquelle j’ai décidé de toujours garder la foi et de toujours rester dans l’Église, à la fin de mon parcours vers la première des communions, en 2006. Je cherche depuis quel sens elle a pour ma vie.

Vous avez été très nombreux à être présents à mes vœux définitifs dimanche 26 juin, par votre présence, par votre prière et par vos gestes d’amitié.

Je rends grâce pour cette belle communauté unie par la prière et l’amitié fraternelle, dans un esprit ouvert et bienveillant.

Merci de m’avoir entourée pour vivre cette grande étape dans la joie et le simplicité.

La générosité dont vous avez témoigné par les multiples services rendus et par vos dons pour les personnes exilées accompagnées par Cent pour un toit et par le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) m’a beaucoup touchée.

Je me réjouis beaucoup de continuer ma route à la suite du Christ chez les Sœurs Auxiliatrices avec vous.

Avec toute mon amitié fraternelle. Julie.”

Plus de photos dans l'article en bas de page

 
 

                      J’envisageais toujours la période de vacances avec bonheur et désinvolture. 

           Pour la première fois, je l’aborde avec inquiétude : quid de la crise alimentaire qui se profile dans le monde et chez nous, quid de l’inflation et des coûts des transports, quid d’une possible reprise épidémique, quid de l’extension du conflit en Ukraine ? Mais surtout, comment faire face aux épreuves des plus pauvres et des réfugiés ?


            Le mal nous atteint. Pourquoi le mal ? Pourquoi tant de gens doivent être éprouvés si terriblement et brutalement, à cause des volontés de pouvoir de quelques hommes puissants du monde ?


            Dans ma prière, je m’indigne : pourquoi nous ? Pourquoi eux ?  Si Dieu est bon, pourquoi tout cela ? Est-ce possible ? Même si je n’y comprends rien, je veux bien croire que Dieu n’a rien à voir avec ce mal. Mais jusqu’à quand cela va durer ? Je n’ai pas de réponse, pas d’explication. Jusqu’à quand ? cela reste ma prière indignée !


            Alors je me pose d’autres questions : qu’est-ce que nous pouvons faire face à tout cela ? De quelle manière je peux alléger le poids du mal dans cette vie ? Comment puis-je soulager ceux qui sont le plus touchés ? Et là, des chemins de solutions m’apparaissent. C’est comme si, de la pénombre du brouillard du mal, j’avais une apparition de lumière. C’est en tout cas la seule lueur d’espoir, la seule pensée positive, les seuls gestes qui se proposent à ma volonté.


            Et là je pense à tous ceux qui, pour les autres, se sont donnés, ont donné de leur temps, de leurs énergies, de leurs avoirs, de leurs pouvoirs, de leur temps. Immanquablement, je pense et vois l’amour de cet homme de l’histoire, qui a voulu donner jusqu’à la corde de son cœur, jusqu’au sang, même pour ceux qui étaient cause de son mal. Je pense bien sûr à Jésus, à son amour sans limite, qui pose une limite au mal dans l’histoire. Je pense et vois la puissance de sa miséricorde. Il répond sans cesse au mal par le bien. Avec lui, le front du mal recule.


            Et même si je suis loin de comprendre les mystères de ce monde, je me dis qu’il me reste un wagon d’espérance pour ces vacances. Je m’y embarque. Et je le crois : je ne serai pas déçu ! L’amour vrai ne déçoit jamais.


            Que ces vacances d’espoir deviennent des brèches ouvertes aux voyages de l’espérance ! Oui, des choses peuvent se transformer autour de nous en ces deux mois de nouveauté ! Et n’oublions pas de voir et de dire le don de Dieu qui est déjà autour de nous, et que nous ne savons peut-être pas apprécier suffisamment. Il y a encore du bon pain blanc, offert à nous, jour après jour, à notre insu ! 

MERCI ! Parlons les merveilles de Dieu aujourd’hui, devant tous !

  

                                                                                                                                                                                                                                          Père Patrice 

 

Un livre pour l’été

 

Ce n’est peut-être pas un « livre de plage » dirait l’auteur ; certes il n’y a pas beaucoup d’images, mais la décontraction dans la nature notamment, n’empêche pas la réflexion, voire la méditation. Au contraire.

Le père Christian Duriez (de la communauté des O.M.I et souvent présent à la paroisse), dans un style toujours direct, simple, dans une langue vivante tout autant que profonde et inspirée, empreinte de poésie et souvent avec humour, invite à nouveau à méditer pendant ce temps d’été…ou à la rentrée !

Ce que l’auteur nous dit « des choses de la vie :

« Dans ce deuxième essai, il y a un fil rouge ! Habitués que nous sommes aux choses qui font notre vie (l’argent, le repas, la liberté etc…), nous ne faisons plus attention à la part d’éternité qui se cache dans ces choses, qui les font échapper à la banalité. Les choses, des plus humbles aux plus sublimes, vont plus loin qu’elles-mêmes !  Et Jésus, qui a vécu parmi nous, qui s’est servi des mêmes choses que nous, nous rappelle que c’est à travers la vie de tous les jours que nous rejoignons Dieu. »        

                                                (Christian Duriez. Autoédition. 12€- Essai disponible au bureau d’accueil de l’église)

 

La communauté paroissiale de Saint Pierre Saint Paul est heureuse de voir se rajeunir sa moyenne d’âge grâce à plusieurs familles avec de jeunes enfants !

Deux couples avec enfants sont prêts à s’investir dans l’éveil à la Foi.

Voici leur proposition :”L’éveil à la foi “du Bon berger” se lance dans notre paroisse! Il s’agit d’une pédagogie dans l’esprit de Maria Montessori, où l’enfant est mis en présence de Dieu par tout un matériel qui l’aide à entrer dans la Bible et la liturgie. 

Si vos enfants ou petits enfants sont intéressés, n’hésitez pas à nous le signaler!

Et si vous avez envie de nous aider à fabriquer le matériel, vos compétences en menuiserie, modelage, couture, peinture, seront tout à fait bienvenues. Vous pouvez participer aussi à un atelier de modelage de personnages bibliques, par exemple, qui devrait avoir lieu bientôt. Par ailleurs si vous avez des étagères, des grandes boîtes, des petites tables et chaises pour enfants, petits tapis inutilisés ça peut nous intéresser aussi.

Nos contacts : Laure (lauredussel@lilo.org), Alban & Mathilde (am.bdr@lilo.org)

Notre thème d'année :
Marcher ensemble

Nos dernières actualités

Aide humanitaire à l’Ukraine

La petite communauté orthodoxe russo-ukrainienne St Georges du 16 rue Clapier, que nous connaissons bien depuis peu, nous appelle pour que notre paroisse vienne en aide au peuple ukrainien qui …

+ En savoir plus

Voeux définitifs de Julie

Jarre débordante de fleurs diverses , autant de dons donnés Si tu savais le don de Dieu     “Chères paroissiennes et chers paroissiens,  « Si tu savais le don de …

+ En savoir plus